Vous êtes ici :

Le Paradis - un peu plus loin

Vendredi 25 janvier 2013  à  20 h 30 à l’Espace Noirot

Café Noirot sur le roman de Mario Vargas Llosa Le Paradis - un peu plus loin, double récit de la vie de Flora Tristan, militante féministe et socialiste et de celle de son petit-fils, le peintre Paul Gauguin.

369_le-paradis.jpg

roman   littérature   roman historique   biographie   biographie romancée   quête   flora tristan   paul gauguin   subversion   art   années 2000   socialisme   peintre   peinture   voyages   féminisme   littérature sud-américaine   littérature péruvienne   littérature hispanique   pérou  

Destins de rêve - Deux utopistes

Par Daniel Rousseau et l'Express

En rapprochant les histoires de Flora Tristan et de Paul Gauguin, utopistes liés par le sang et un même appétit de liberté, Mario Vargas Llosa offre un beau roman sur l'espérance.

Toujours les hommes rêvent. Ils s'imaginent des vies plus intenses, mieux remplies, plus justes, ou simplement plus heureuses. Se raconter des histoires les aide à vivre, l'échine plus ou moins courbée, comme tout un chacun. D'autres, une minorité, ceux qui ne se contentent pas de rêver, essaient de forcer le réel, de le plier aux lois de leur imaginaire. Révolutionnaires, peintres, poètes, ce sont des hommes de caractère qui, comme disait saint Paul, font en sorte que tout ce qu'il y a de mortel en eux soit absorbé par la vie. Tout, y compris leurs rêves. Le Paradis - un peu plus loin, de Mario Vargas Llosa, est le roman de deux rêveurs d'exception: Flora Tristan, militante féministe et ouvriériste, née en 1803, et son petit-fils Paul Gauguin, mort un siècle plus tard dans un faré des îles Marquises. 

Deux existences parallèles, donc, à quelques décennies de distance, mais juxtaposées et mêlées par l'auteur. Deux vies d'utopistes, marquées par le hasard du sang, par le sceau de la tragédie, par un appétit insatiable de ce qui n'existe pas.

La suite